Twitter : la meilleure ? Ou la pire des choses ?

Publié le par François Champel

Twitter n’est évidemment ni la meilleure, ni la pire des choses… (il y a bien pire ! Et aussi, heureusement, bien meilleur…), mais il faut bien mettre un titre… et, si possible, je l’avoue, suffisamment accrocheur… D’après ma petite expérience de la pratique de ce réseau social, pour être parfaitement sincère, je considère qu’avec ses messages de moins de 140 caractères, destinés à toucher quelques dizaines, quelques centaines, quelques milliers de personnes (voire beaucoup plus…), Twitter apparaît comme « une mauvaise chose », ou, plus exactement, comme le témoignage d’une mentalité et de comportements inquiétants de la part d’une très grande partie de la population française (et sans doute mondiale…) Cependant dans une petite minorité des cas (dont j’espère faire partie…), Twitter m’apparaît comme une bonne chose ( ou du moins, là encore, comme le témoignage exactement contraire des caractéristiques précédentes…)

En réalité, comme tout moyen technique, Twitter est un bon outil… dont on fait bon mauvais usage… Cette évidence étant énoncée - ou rappelée - reste à savoir,  si dans la majorité des cas, Twitter s’avère effectivement comme un bon instrument au service de l’homme moderne… et à énoncer les conditions selon lesquelles on peut juger de l’emploi qui en est fait…

Une précision de ma part -  à ne pas oublier !  - ma présente réflexion ne concerne pas la totalité des types de messages lancés sur ce réseau social, mais seulement ceux qui émettent une opinion philosophique, politique, religieuse, artistique ou toute autre de caractère subjectif…

Il appartient à  chacun de juger selon ses impressions personnelles – ou, mieux, en fonction d’une réflexion sérieuse sur la question (peut-être - pour ne pas parler sérieusement… – après la lecture de ce cet article…) Mais, quant à moi… - passant sur le cas extrême des injures… - je trouve que, lorsqu’ils expriment une opinion, la grande majorité de ces tweets ont une résonance inquiétante …

Pourquoi ? Parce que, déjà, dans le principe, la brièveté obligée du message est par définition contraire à tout esprit de nuance. (Certes, il est possible de joindre des annexes au message principal, mais celles-ci, par la conception même de l’instrument employé, ont en général un caractère très sommaire, insuffisant pour annuler la légitimité de la  remarque de principe… Ce d’autant plus que beaucoup de messages sont « secs » [dépourvus d’annexe]…

Mais il y a plus grave… 1) ces messages témoignent très souvent d’une mentalité simpliste de personnes qui donnent l’impression de posséder la vérité… (au point de ne pas respecter l’opinion des autres…), 2°) on sent chez beaucoup une volonté de convaincre les autres - ou, plus exactement, d’exercer sur eux une certaine pression pour les amener à penser comme les auteurs  des tweets…  ou, très souvent et bien plus gravement encore, de les amener à rallier un groupe auquel on appartient soi-même (notamment un parti politique ou un sous-groupe d’un parti…). Vouloir convaincre les autres est parfaitement légitime dans la mesure où, comme il est normal, on croit en la valeur objective de ses opinions et de ses options… et où on compte sur la rigueur d’un raisonnement ou  l’exemple d’un comportement personnel… deux conditions possibles qui respectent la liberté et la dignité de ceux auxquels on s’adresse… Or, dans un tweet, l’exemple a peu de place… Quant au raisonnement, il est impossible d’en tenir un dans le cadre d’un texte aussi bref…

Conclusion : doit-on en conclure que l’apparition des tweets représente un phénomène nouveau inquiétant ? Non, pas du tout ! Parce qu’il existe des moyens d’éviter les risques signalés D’abord, au niveau psychologique : 1°) la conscience de l’écueil possible, 2°) un travail sur soi-même pour éviter de tomber dans l’ornière… Conditions qui se traduisent dans la forme des tweets (où l’on sentira plus une interrogation qu’une affirmation dans laquelle on aurait l’impression de la formulation d’une vérité incontestable…) En résumé, tout est à la fois dans le fond et dans la forme - la forme qui le traduit la pensée avec nuance et tact… (Question que je me pose : est-ce que je respecte moi-même ces règles ? Je ne sais pas… probablement pas de manière parfaite ! Je dois m’interroger et toujours veiller à ne pas tomber dans ces travers dont je suis en ce moment conscient…)

Cependant n’y a-t-il pas un autre moyen plus efficace d’utiliser Twitter ? Si ! celui que j’utilise depuis quelques jours et en ce moment même (je ne suis qu’un débutant dans le champ des réseaux sociaux…) : à savoir le couplage des messages Twitter avec les articles d’un blog…

Un tel couplage me paraît constituer une solution idéale, en ce sens qu’il conduit à associer à la fois la nuance et la clarté de la position que l’on prend…  (qualités qui, malheureusement,  se trouvent très mal réunies  dans les articles de l’immense majorité des revues ! Pourquoi ? Parce que (soit que l’on n’en ait pas le courage, soit que l’on soit incapable de prendre une position claire, soit que l’on ait une conception inappropriée de la liberté des lecteurs, soit qu’on ne veuille surtout pas repousser une partie de la clientèle…). (Dans la vie, il faut savoir raisonner, savoir douter, savoir respecter les autres,  mais aussi savoir décider et s’engager publiquement, avec fermeté, à condition que ce soit avec ouverture d’esprit et modestie…)

En ce qui me concerne, je conçois les tweets comme une façon d’attirer l’attention des destinataires sur certains aspects de la vérité ou de la réalité auxquels trop de gens ne pensent pas assez…

Les tweets présentent un autre intérêt : celui d’offrir la photographie d’une certaine partie d’une société particulière celle des personnes qui, au nom de leurs connaissances techniques, croient appartenir au groupe « des gens les plus évolués », celle des leaders d’opinion (et de ceux qui les suivent intelligemment… ou bêtement !). Aussi les tweets pourraient constituer une source importante pour certaines études sociologiques… (Pour nous, francophones, les tweets nous donnent une certaine idée de ce qu’est la société française… - sans doute semblable à celle des autres pays dits développés…)

A demain ! Ou à un de ces jours…

 

Commenter cet article