Quand nos vaillants chevaliers viennent au secours de la victoire…

Publié le par François Champel

Sans même attendre la fin des combats, nos vaillants chevaliers des temps modernes, tournant la bride de leurs chevaux, volent au secours de la victoire ! Sans leur intervention héroïque et désintéressée, que serait la victoire finale,  certes assurée, mais point aussi brillante qu’on pourrait l’espérer !

Le grand chef de guerre, qui se montrera sans doute reconnaissant, donnera à quelques-uns un fief - un comté ou un duché… -  et à beaucoup d’autres le droit de percevoir des taxes sur les laboureurs de quelque manoir lointain, assorti de la promesse de les recevoir parfois à sa cour pour discuter des affaires du royaume…  (et leur demander d’approuver les décisions déjà prises…)

Que deviendrions-nous, je vous le demande, nous pauvres roturiers, suant sur nos araires,  si nous n’avions pas, pour nous défendre et nous représenter auprès du roi, d’aussi vaillants chevaliers - d’abord et avant tout soucieux de la défense de nos intérêts ?

Aussi, saluons-les avec un profond et sincère respect !

Publié dans Politique, Humour

Commenter cet article