Les électeurs d’Emmanuel MACRON (et qui est-il ?)

Publié le par François Champel

(D’abord je dois des excuses à Emmanuel, car, à deux ou trois reprises, un lapsus m’a amené – je ne sais pourquoi, mais certains le devineront…-  à le désigner sous le prénom de « François ». Mais,  après ces excuses - dont il n’a évidement que faire… - l’incident est clos… alors passons aux choses sérieuses.)

Les électeurs de MACRON  ont évidemment des raisons variées de voter pour lui – qui mériteraient quelques explications… Cependant, je me limiterai ici à une simple liste, dépourvue de tout souci de tenir compte de la fréquence  de leur influence…)

Les différents types d’électeurs de MACRON

  • Les parlementaires socialistes qui ne peuvent se reconnaître dans Benoit Hamon (ou /et qui veulent se venger de son ancienne opposition à François HOLLANDE…) et qui songent à leur prochaine réélection ;
  • Les traîtres-opportunistes, du centre et surtout de la droite, tels leur précurseur, Bruno LEMAIRE,  tous parlementaires issus de la primaire de la droite, qui (bêtement !) n’ayant pas cru à la possibilité  de succès de  François FILLON se sont tournés vers MACRON, dans l’espoir (qui sera probablement déçu…) que celui-ci , en retour, après son élection, (supposée) leur facilitera leur réélection… (Ce, en se parant du manteau de la Vertu ! en arguant que François Fillon a trahi sa parole – sur un point secondaire… - alors qu’eux-mêmes sont des traîtres à un engagement bien plus important, celui de soutenir leur leader…Mais de qui se moque-on ? De nous, et de tous les Français, bien sûr !) ;
  • Les supporters entêtés de leur maître, François Bayrou, lequel – après l’avoir très durement critiqué trois semaines auparavant - est venu rejoindre François MACRON,  non pas pour son programme ou son aptitude supposée à servir la France, mais contre la promesse d’introduire une dose (?) de proportionnelle dans le système électoral français – de manière à favoriser le MODEM…
  • Les petits malins qui – sous l’influence de l’information biaisée – croient habile de soutenir MACRON (auquel ils sont indifférents, voire parfois hostiles…) en pratiquant le système du « vote utiles », qui, comme on l’a vu dans un autre article, n’en n’est pas un, mais une variante dégénérée, celle du « vote hostile » ;
  • Avec ceux-là, bien sûr, ceux, bien peu lucides, qui, en toute sincérité, prennent des gadgets pour de vraies solutions efficaces et croient aux promesses démagogiques (ou pour le moins manquant de courage) de leur champion ;
  • Ceux qui sont sensibles à ses yeux bleus et à son  boniment, sans cesse répété au cours des réunions publiques ;
  • Ceux qui sont convaincus que sa jeunesse est un atout majeur pour le renouvellement de la classe politique française (alors que, s’il parvenait au pouvoir,  il aurait tôt fait d’adopter les mêmes comportement que ses aînés ! et ce sans profiter de l'avantage de l'expérience)
  • Ceux qui sont indifférents à son incapacité évidente de constituer une majorité – et, devant l’objection, croient que cela sera possible après son élection (c’est-à-dire une fois que ses supporters, désormais élus…  n’auront plus besoin de faire semblant de le soutenir…)
  • Ceux peut-être qui sont sensible au charme de son épouse,  se trémoussant dans les  réunions politiques  (ce sans doute pour rehausser le niveau de dignité de « la première dame de France » aux yeux des Français - et des étrangers qui observent avec attention notre pays pour voir s’il a su conserver son image d’élégance et de bon goût…)
  • Ceux qui ne sont pas capables de deviner la psychologie d’un homme,  de  deviner l’orgueil, la naïveté  d’un personnage ayant l’ambition d’occuper des fonctions qu’il est incapable de tenir…
  • Ceux qui n’ont même pas remarqué qu’à le croire, il suffirait de l’élire, qu’il mette en pratique ses idées toujours lumineuses, pour que la France endormie depuis longtemps, se réveille enfin pour marcher sur le chemin de la prospérité…
  • Ceux qui ne se souviennent plus de certains faits d’importance  majeure, de nature à permettre de douter très sérieusement de sa capacité à gouverner et à représenter la France à l’étranger (On pense entre autres 1°) à ses propos tenus en Algérie, accusant les anciens colonisateurs de « crime contre l’humanité ! 2°) la carrière professionnelle d’un jeune homme qui s’est mis au service d’une grande Banque – dont le premier objectif ne consiste  pas précisément à promouvoir la justice ou à servir un pays !)

Pour sortir de la liste (sans doute incomplète…) portons un jugement de synthèse : parmi ses partisans, il y a les hommes politiques qui viennent le rejoindre sans scrupule, non seulement par souci d’opportunité, mais parce qu’ils ont bien compris qu’ils avaient affaire à un personnage sans vraie conviction et sans force, incapable d’imposer une volonté à laquelle ils devraient ensuite avoir se plier… Ceux-là sont en fait des partisans cachés du retour aux mœurs de la 4ème république, celle qui a mené la France à ce que l’on sait…) Quant aux autres… à vous de juger… et de faire la synthèse qui vous plait…

 

Commenter cet article