Philosophie

Publié par François Champel

Ce blog est celui d’un homme ordinaire, âgé de 82 ans, qui possède une certaine « expérience » de la vie et des hommes, mais qui, avec cela, conserve de l’énergie et foi dans la vie.

Son regard sur le monde est contrasté : d’un côté, il est émerveillé par la science, la technique et la capacité d’organisation collective de l’ensemble des hommes de sa génération ; de l’autre, il considère que, pour sa moralité, sa manière de se comporter  - et même son niveau intellectuel - notre époque est tombée à un niveau très bas…

Cependant, là encore, son jugement est double : il regarde la société comme formée de deux groupes informels, mais réels et significatifs, dont l’un, représentant la grande masse des personnes, évoque l’idée d’immobilisme et de de décadence ; tandis que l’autre,  suggère, au contraire, celle de renouveau et de progrès.

Il estime que cette dualité se manifeste dans tous les domaines de l’activité contemporaine… et que l’on assiste partout à un lutte invisible entre ces deux tendances, - dont, pense – il, le rapport des forces relatives progressera en faveur du renouvellement… Pour aboutir à quoi ? Non pas, dans une sotte mystique - à laquelle le siècle précédent nous a habitués – à une époque où tout serait merveilleux, mais, peut-être, à une nouvelle phase où les hommes en tant qu’individus jouiront probablement de plus de liberté et de davantage de possibilités d’épanouissement personnel… (En attendant,  bien sûr,  au cours de cette phase future, la préparation, puis le passage à une autre phase, dont on ne peut avoir la moindre idée…)

Cependant, rien n’est joué ! Car la vie est un combat, dont l’issue est toujours incertaine… C’est d’autant plus vrai qu’en cette époque où nous disposons de moyens de communication gigantesques,  les positions opposées - et particulièrement celle qui s’opposent au progrès - vont en se renforçant…

Alors quel est mon regard ? C’est, je crois, celui du réalisme et de l’optimisme (d’un « réalisme optimiste ») et celui, de la foi en l’homme, comme être tragique, secoué par les obstacles, mais toujours capable de lutter pour les surmonter - et finalement réussir… (avant d’en rencontrer d’autres d’un genre nouveau…). De ce point de vue, l’histoire de la communauté humaine et celle de chaque homme est au fond la même…

¤

Dans ce drame, d’une dimension qui me dépasse infiniment, que suis-je ? Je suis ce que je veux être, ce que j’ai la faiblesse - ou la force - d’être… Je peux me désoler, me résigner, me replier sur les soucis de ma petite personne ; mais je peux aussi décider d’entrer dans le combat… Certes, je n’en changerai pas l’issue ! Mais, au soir de ma vie, en la revoyant, je pourrai estimer avoir apporté un tout  petit quelque chose… Mon action aura certes été d’un effet microscopique, mais je penserai que la somme de toutes les petites actions inspirées par la même perspective, aura une influence significative à l’échelle de la société en devenir… J’aurai le sentiment d’avoir accompli mon devoir,et, d’avoir transformé mes potentialités reçues à la naissance, en une réalité , dont je pourrai tirer une certaine fierté... En servant la société, je me serai servi moi-même !

¤

Très bien tout cela ! (Du moins est-ce mon point de vue…), mais que dois-je faire concrètement ? Je dois employer mon intelligence - la développer autant que je peux -, et affermir ma détermination pour rester toujours fidèle à l’objectif que je me suis fixé…

Mais comment affermir ma détermination ? En découvrant grâce à mon intelligence (qui n’est pas exceptionnelle, là n’est pas la question…) que le service de la société est aussi celui de ma propre personne, et, encore plus fort, qu’il s’agit là du seul moyen de réussir ma vie…

Oui, mais comment servir ? Il me semble que la meilleure façon de le faire, consiste  à agir pour m’efforcer d’entraîner les autres hommes sur la voie, qui, je crois,  correspond à leur propre intérêt… Cela, en comptant non pas sur mes capacités personnelles de persuasion (qui,à elles seules, seraient parfaitement illusoires !), mais sur la conviction que, dans chaque personne, prête à se réveiller, sommeillent la conscience et le désir de réussir leur vie en servant les autres…

Question : mais pourquoi tant d’hommes n’ont pas encore fait cette découverte ? pourtant, vieille de plusieurs millénaires ! dont, de surcroît, la teneur est très connue ? Deux réponses : d’abord, simple évidence (que l’on m’excusera de rappeler, mais il ne faut…),  parce que les hommes sont soumis  à d’autres tentations ,auxquelles ils sont libres de résister ou de céder (en choisissant entre la facilité immédiate…  et l’effort, entre la faiblesse et la force, entre l’inconscience… et l’intelligence, entre l’illusion de leur véritable intérêt et, au contraire, une juste conception…) Ensuite, parce que, plus que jamais, la société actuelle est sous l’emprise financière, politique, et culturelle des « élites » qui, maîtrisant la richesse matérielle,  la politique des nations et la planète tout entière, sont bien placés pour transformer les hommes en victimes disciplinées, consentantes,  prêtes à consommer et à obéir !

Mais alors que faire ? Il faut lutter le plus énergiquement possible contre l’inconscience générale, voulue et organisée dans leur intérêt illusoire,  par ceux qui la cultivent et l’organisent  (souvent, avec la complicité stupide d’un certain nombre « d’intellectuels », qui se considèrent comme des génies, alors qu’ en réalité  ils ne sont, que les valets secrètement intéressés – d’un système social aveugle !

¤

Alors, soyons concrets : que faire ? Une seule chose : il faut lutter contre l’immense espace d’inconscience de la société dans laquelle nous vivons. Comment ? D’abord, pour ceux qui en sont capables, en sachant choisir et écouter les messages des élites réelles - encore heureusement très nombreuses… - qui critiquent la société actuelle… Ensuite, chacun pour sa part, en s’efforçant de découvrir comment, soi-même, on se trouve influencé (et même obscurément acheté ) par la culture ambiante…

Il s’agit en somme de faire un examen individuel et collectif. C’est, pour sa modeste part, l’intention de ce blog.

Il se donne pour règle d’écouter sa conscience en toute indépendance, sans se laisser influencer par toutes les autorités « intellectuelles », qui prétendent connaître et gérer la société… (notamment en ne se laissant pas impressionner par « les hommes d’affaires », par politiciens, par les hommes prétendument « d’expérience », par  « les intellectuels »  y compris les philosophes de renom!). Ce, avec une immense ambition, en toute indépendance, mais aussi avec intelligence et modestie (en étant bien conscient que l’on peut toujours se tromper et qu’il est indispensable d’écouter les points de vue des personnes qui résonnent selon les mêmes fermes règles d’indépendance d’esprit que soi-même…)

¤

Pour sa part infiniment modeste, ce blog, s’intéresse à tous les problèmes qui concernent les individus et la société. Il compte sur ses visiteurs pour créer avec eux un mouvement de « conscientisation » de notre société actuelle qui en a un si grand besoin.

Certaines des vues proposées seront sans doute contestables – voire fausses – mais le but ne consiste pas à proposer une nouvelle prétendue vérité, mais à donner à chacun l’occasion de réfléchir, dans la concertation, mais en toute indépendance. (Dans la vie il vaut mieux exprimer une oppose opinion fausse, que de ne rien dire du tout, ou même qu’exprimer une idée juste, sur laquelle tout le monde serait sensé devoir s’aligner…

L’auteur du blog et ses visiteurs sont sur un même pied d’égalité. Nous sommes dans le même bateau, celui de cette  vie si précieuse, qui nous est commune.)

La devise est du blog que pourrait être : optimisme, foi en l’homme, avec une immense ambition et une égale modestie !

Ce blog voudrait que ses visiteurs deviennent des amis (des amis qui ne s’étant jamais rencontrés physiquement, méritent cependant ce nom au titre de  leur union dans un même idéal commun.)

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Si vous le voulez, en moins de 10 secondes, vous pouvez exprimer votre réaction

Vous pouvez le faire en utilisant les lettres « a » en cas d’accord, ou « d » en cas de désaccord (ou encore le point d’interrogation (« ? ») dans le cas de perplexité ou d’indifférence…). Cela, selon les conventions suivantes :

« Tout à-fait d’accord » : aaa ;      « dans l’ensemble, d’accord » : aa ;       assez d’accord :   a

"En total désaccord » : ddd ;   « globalement en désaccord » :  dd ;   « plutôt en désaccord » : d

« perplexe  ou désintéressé » ?

 Et ensuite d’aller à la dernière ligne de l’écran   

(qui vous permettra d’ailleurs de faire vos commentaires personnels

                                                                                                                             merci ! ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤