13 - Pétain, Lemaire ; De Gaulle, Fillon…

Publié le par François Champel

Nous vivons aujourd’hui une  page cruciale pour l’avenir de notre pays dans les cinq années à venir… Dans de telles circonstances les hommes prennent position et montrent ce qu’ils sont vraiment… Les êtres humains étant à la fois très différents au même moment, et toujours semblables à travers les décennies et les siècles, dans les circonstances extrêmes, on voit les mêmes types de comportements se reproduire… C’est bien ce que l’on observe, lorsque, préoccupé par les circonstances présentes,  on se reporte  quelque décennies en arrière - en l’occurrence au cours de l’année 1940… - pour comparer ce qui s’est alors passé et se passe encore…

En 1940, il y a eu Pétain, les hommes politiques qui, pensant à ce qu’ils allaient devenir, l’ont suivi et le peuple rassuré, qui a applaudi… En 2017, du côté de ceux qui envisagent la défaite de leur camp, il n’y a pas un seul homme, mais plusieurs, qui, à cette occasion, aimeraient jouer un rôle de premier plan… (Parmi tous ceux-là, choisissons-en un représentatif de tous les autres - en l’occurrence Lemaire…) ; il y a aussi tous les futurs candidats à la députation, qui pensent à leur future élection… il y a enfin le peuple de droite, désorienté, qui attend de voir ce que vont faire leurs leaders…

 

En ce qui concerne les données de la question, les deux situations sont donc bien semblables… mais elles le sont encore plus du point de vue des comportements adoptés.

 

D’un côté, il y a ceux qui, pensant à leurs intérêts à court terme, nous affirment, la main sur le cœur, qu’ils veulent sauver hier : la France, aujourd’hui leur camp.  Ceux-là  sont ceux qui veulent s’adapter aux situations, qui se croient réalistes, intelligents et vertueux… (Evidemment, comme toujours, ils sont les plus nombreux !) De l’autre côté, on voit quelques hommes – et, parmi eux, un leader toujours plus déterminé que les autres - refuser les adaptations faciles, l’apparence de la fatalité, et, avec elles,  l’abandon des grands principes qui font pourtant depuis toujours l’honneur d’une nation…

 

Inutile de commenter le titre de cet article pour savoir qui est qui… Mais, pour les citoyens ordinaires, la question qui importe, c’est : « qui faut-il suivre ? Ceux qui s’adaptent aux circonstances ? Ou bien ceux qui veulent les conjurer ? » La réponse ne doit être guidée, ni par la facilité, ni par un entêtement suicidaire, mais, si elle est possible… - ou du moins s’il n’est pas exclu qu’elle ne le soit… - par une solution à la fois courageuse et intelligente !

 

C’est devant ce type de question que se trouvent aujourd’hui ceux qui envisagent le retrait ou le maint$ien de François Fillon à sa candidature à la présidence de la république.

 Je traiterai cette question dans le prochain article.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Si vous le voulez, en moins de 10 secondes, vous pouvez exprimer votre réaction

Vous pouvez le faire en utilisant les lettres « a » en cas d’accord, ou « d » en cas de désaccord (ou encore le point d’interrogation (« ? ») dans le cas de perplexité ou d’indifférence…).

Cela, selon les conventions suivantes :

« Tout à-fait d’accord » : aaa ;   « dans l’ensemble, d’accord » ; aa ;      assez d’accord :    a

« En total désaccord » :  ddd ;  « surtout en désaccord » :   dd ;   « plutôt en désaccord » :  d

« perplexe  ou désintéressé » :  ?

Et ensuite d’aller à la dernière ligne de l’écran

qui vous permettra d’ailleurs, si vous le souhaitez, de faire vos commentaires personnels…  

 MERCI !

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

13 - Pétain, Lemaire ; De Gaulle, Fillon…

Publié dans affaire Fillon, Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article