11 - « Affaires Fillon » et « affaire Dreyfus » : analogies et différences…

Publié le par François Champel

Les deux affaires, « affaire Dreyfus »  et « affaire Fillon », ne sont évidemment pas totalement semblables ! D’abord, l’une se passe à la fin du XIXe siècle, l’autre en ce début du XXIe siècle; l’une concerne un militaire, Dreyfus, l’autre un homme politique, Fillon ; et surtout, alors que le premier était totalement innocent, on ne peut dire que ce soit tout à fait le cas du second…  Cependant, ce qui est intéressant à considérer, ce ne sont pas les différences que tout le monde perçoit… mais les similitudes réelles, absolues ou relatives, instructives pour nous, dans cette page de l’histoire que nous vivons actuellement…

 Je me bornerai à signaler - très sommairement – quelques similitudes, qui, hélas, montrent, que le niveau de conscience politique de la population n’a pas beaucoup évolué en un peu plus d’un siècle…

  • Dans les deux cas, on fonde les accusations sur des documents écrits, détenus par l’administration (par l’armée, autrefois, par le ministère des finances aujourd’hui…) et ces documents impressionnent très profondément la population… Cependant, dans l’affaire Dreyfus, on a découvert un peu plus tard  que le document, réputé très impressionnant, très convaincant, était en fait « un faux ». Au titre des similitudes, on ne va pas dire que les documents utilisés par l’accusation actuelle, seraient des « faux », mais on doit s’interroger sur leur sens et sur leur valeur, car les écrits par eux-mêmes ne prouvent rien : tout dépend de la manière dont on les comprend… ou dont on veut les comprendre… et les présenter…
  • Dans les deux cas, il y a - où il pourrait y avoir… - de puissants intérêts politiques et idéologiques en jeu : autrefois, c’était l’antisémitisme primaire et la volonté - soi-disant, en la purifiant de ses mauvais éléments - de préparer la France à une guerre contre une nation extérieure ; aujourd’hui, dans le contexte de la campagne électorale, c’est peut-être la volonté de neutraliser - non pas les juifs, car c’est dépassé ! – mais des adversaires politiques et de préparer la France à être gouvernée pendant cinq ans de la manière qu’on le souhaite…
  • Hier, les élites, bien installées, bien considérées (à l’époque c’était les officiers supérieurs) - en lesquelles tout le monde avait confiance… - ont voulu délibérément tromper la nation et se sont comportées d’une manière ignominieuse… Aujourd’hui, les « élites » supposées irréprochables, sont celles de certains journaux… A-t-on raison de ne pas se méfier, sinon de leurs informations… (et encore…), du moins de leurs intentions… Serait-ce que les journalistes d’aujourd’hui seraient meilleurs que les militaires d’hier ? Et qu’en un peu plus de 100 ans, les hommes les plus en vue  (dont, par ailleurs, on se méfie de plus en plus…) seraient passés du vice à la vertu ?
  • Autre similitude : la population se divise en deux camps : hier les dreyfusards et les anti- dreyfusards ; aujourd’hui, non plus une gauche et une droite, qui n’existent plus vraiment, mais deux camps, celui des pro-Fillon et celui des anti-Fillon, lesquels, chacun de leur côté, font preuve de partialité, d’inconscience et de mauvaise foi. (La nouveauté c’est que le camp des anti- Fillon semble devenir celui des pro-Macron, qui représente le troisième larron, bénéficiaire du déchirement des autres…)
  • Surtout, dans les deux cas, sur la base d’une révélation livrée en pâture au bon peuple de France - on a vu celui-ci prendre pour argent comptant tout ce qui était dit, faits signalés et interprétations. On a réagi à la fois dans le registre de la confiance et dans celui de la passion… Tout cela au fond est bien normal (et, d’une certaine manière, fait honneur au sentiment de justice et d’honnêteté, encore présents chez la majorité des Français). Tout le monde a réagi ainsi  (y compris l’auteur de ces lignes !) Pourtant, après l’émotion, ne serait-il pas temps de juger selon le bien le plus précieux qui nous a été donné, celui de la raison ? Et, surtout,  selon le véritable intérêt de la France et des Français ?  (Mais, que l’on ne se trompe pas : ce n’est pas François Fillon que je défends, lequel - chacun a légitimement son opinion et nul ne peut dire qui a raison – Ce que je regrette, c’est la manière dont la campagne électorale a évolué - au point de ne pas permettre aux électeurs de choisir dans la sérénité en faveur de leur véritable intérêt… )

¤

Ce qui me désole le plus, c’est qu’une large partie de la population française ne semble pas deviner les intentions – idéologiques, partisanes, financières même - de ceux qui sont censés les informer et qu’elle « tombe dans le panneau »…  Pourtant, les gens sont intelligents (tous les démagogues le disent… - surtout quand ils pensent le contraire ! - et moi, qui n’en suis pas un ! je le dis avec eux - mais avec sincérité…), aussi,  peut-on espérer qu’au cours des deux mois qui viennent, ils sauront se réveiller…

 

¤

 

Après les analogies des deux affaires, il faut, malheureusement, signaler encore, à l’intérieur d’une similitude évidente, deux différences… La similitude, c’est que les deux affaires nuisent à un homme et à sa famille, très gravement hier, au capitaine Dreyfus ; et, regrettablement, aujourd’hui, à François Fillon - ainsi qu’à son épouse - dont, vraisemblablement la responsabilité est ténue  - ou même inexistante… La première différence, c’est que Dreyfus était complètement innocent, alors que François Fillon se trouve vis-à-vis de la morale publique dans une situation a priori bien plus discutable… mais la très grande différence, c’est que la première affaire a duré pour un homme et sa famille, une douzaine d’années ; alors que pour nous, nous sommes des dizaines de millions de Français à être concernés pour une durée de cinq ans ! Aussi est-il temps pour tous ceux qui pensent aux  immenses enjeux de notre nation de réfléchir aux qualités déterminantes requises pour défendre notre peuple. Ce qui comptera vraiment, ce ne sera ni l’intelligence (de type universitaire…), ni la jeunesse, ni le modernisme, ni l’ambition personnelle, ni le beau parler, ni le charme, ni la beauté physique ! toutes qualités propres à séduire les foules de supporters. Ce qui pèsera dans les problèmes intérieurs et surtout dans ceux de la politique étrangère ce sera l’expérience politique, le sérieux, la capacité de se montrer ferme, à l’intérieur, face aux nombreux groupes de pressions, et, plus encore, face aux redoutables autres chefs d’État, du genre Donald Trump, Vladimir Poutine et compagnie…

 

Ce qui nous concerne vraiment ce n’est pas le passé, c’est l’avenir ; l’avenir de notre nation et de tous ses habitants.

 

Ce n’est pas  non plus, le degré de moralité ou d’immoralité d’un homme (qui, ayant eu le tort de se faire prendre, n’a malheureusement fait que partager des comportements de toute la  classe politique française…), C’est tout le système de rémunération des parlementaires (dont, remarquablement - et pour cause ! – les hommes politiques et les journalistes parlent si peu…). Ce qui nous intéresse, en tant que citoyens, ce n’est pas un homme, plus ou moins pris comme bouc émissaire, mais tout le système qui a permis ces comportements, tout le système de rémunération des parlementaires. Dont, remarquablement - et pour cause ! – les hommes politiques et les journalistes parlent si peu… mais que nous-mêmes, en tant que citoyens conscients, nous devons remettre sur le tapis)

 

En un mot, réfléchissons, cessons de nous laisser manipuler, de passer à côté du sujet qui est le nôtre ! Ce n’est pas celui du Canard enchaîné, ni des tribunaux, mais le nôtre. Encore une fois, réfléchissons, comportons nous en vrais citoyens !  et ne nous laissons plus  manipuler par les élites politiques et journalistiques !

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Si vous le voulez, en moins de 10 secondes, vous pouvez exprimer votre réaction

Vous pouvez le faire en utilisant les lettres « a » en cas d’accord, ou « d » en cas de désaccord (ou encore le point d’interrogation (« ? ») dans le cas de perplexité ou d’indifférence…).

Cela, selon les conventions suivantes :

« Tout à-fait d’accord » : aaa ;   « dans l’ensemble, d’accord » ; aa ;      assez d’accord :    a

« En total désaccord » :  ddd ;  « surtout en désaccord » :   dd ;   « plutôt en désaccord » :  d

« perplexe  ou désintéressé » :  ?

Et ensuite d’aller à la dernière ligne de l’écran

qui vous permettra d’ailleurs, si vous le souhaitez, de faire vos commentaires personnels…  

 MERCI !

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

 

 

 

sur le chemin de Saint-Jeacques de Compostelle...

sur le chemin de Saint-Jeacques de Compostelle...

Publié dans affaire Fillon, Dreyfus

Commenter cet article