7 - Affaire Fillon: les motivations des accusateurs

Publié le par François Champel

On désignera ici sous le nom "d'accusateurs" d'une part le Canard enchaîné lui-même, d'autre part, l'équipe probablement cachée qui sans faire partie de son organisation, doit travailler pour lui...

¤

D'abord le Canard enchaîné:

Il n'est pas question ici d'essayer de dire quelles sont les motivations du Canard enchaîné. Comme celui-ci est très connu et opère à visage découvert, chacun est capable de se faire une idée personnelle de ses intentions... Cela n'empêche pas de formuler  plusieurs hypothèses alternatives cumulables...

D'abord, deux possibilités parfaitement honorables :  

1°) le canard  aurait des objectifs nobles et parfaitement clairs, conformes à la fois à son éthique propre et à celle de la société dans laquelle nous vivons: son souci prioritaire serait de faire connaître la Vérité aux Français afin de leur permettre de disposer de l'information publique à laquelle ils ont droit pour procéder le plus lucidement possible à leurs choix politiques - en l'occurrence, celui du choix du futur président de la république... 2°) chose parfaitement normale, il voudrait en même temps profiter de cette occasion pour entretenir sa renommée et pour augmenter son chiffre d'affaires et ses bénéfices...

Ensuite, une intention moins claire : accroître les chances de succès des candidats plus proches de ses préférences personnelles - en l'occurrence plutôt orientées vers la gauche...

Dans la mesure où ce but ne devient pas prioritaire par rapport à sa mission d'information sincère, on ne peut le critiquer... Cependant, dans ce cas, le canard cesse d'être un vrai journal d'information, pour devenir un organe mixte, d'information et d'action politique... Ce, avec une insistance prédominante dans le sens de l'information ou de l'action publique...

Toutefois, les journalistes étant, comme tout le monde des hommes, appartenant à la même humanité que les gens ordinaires - simples citoyens  ou politiciens - et non des anges ! On a de bonnes raisons de craindre de voir les intentions partisanes l'emporter sur les exigences de l'objectivié...

Conclusion : ou bien le canard est un organe exclusivement d'information - sans préférence politique... - Alors, dans les limites de ses compétences techniques, de l'intensité de son travail et de la possession des moyens financiers nécessaires à l'accomplissement de ses objectifs d'information, les informations qu'il délivre au public méritent pour le moins une très grande attention... Ou bien, au contraire, il est animé par certains souhaits sur le plan politique, alors, sauf à croire qu'il est  uniquement composé d'hommes parfaits, toute son information est entachée de suspicion... 

Jusqu'à quel point ? Pour peu qu'on connaisse les hommes, la manière  dont ils se comportent aujourd'hui (et qu'ils se sont toujours comportés [cf. L'affaire Dreyfus avec les mensonges de gens supposés très honorables, qui ont duré des années, avec  la fabrication  d'un faux, présenté comme une preuve absolue ! Tout cela pour démolir un innocent, le condamner au bagne et nuire très profondément à toute sa famille...]) Il apparaît bien peu raisonnable d'exclure la l'impossibilité d'une vaste opération mensongère menée avec une technique - dont on n'exposera dans un autre article  l'un des principes...)

Tout cela ne constitue certes pas une accusation contre le canard enchaîné... Mais  conduit à être infiniment vite prudent quant à ses affirmations...

Malheureusement, la plupart des gens sont prêts à croire sur parole (et sur documents incertains...) toutes les informations qui leur sont données. Ils font preuve d'un manque d'esprit critique, de naïveté, mais, à leur honneur, d'une honnêteté qui les amène à penser que tout le monde est aussi vertueux qu'eux-mêmes !

 

Quand  à tout cela, on remarque que les avantages politiques l'emportent très largement sur le risque d'une sanction, on ne peut que se montrer encore bien plus prudent...

Bien sûr, rien n'est donc prouvé; aussi chacun peut se faire l' opinion qu'il veut, mais tous les gens un peu avisés doivent se montrer très prudents !

¤

Passons maintenant à l'équipe d'hommes à l'origine de la conception et de l'entretien de cette affaire... Quelles sont ses motivations ?

Le premier motif, le plus évident, est celui de l'intérêt politique d'abattre l'homme qui paraît le mieux placé pour être élu - et contre lequel il semble à peu près impossible de lutter efficacement.;

Comme un combat mené à visage découvert, "à la loyale", reposant sur une un échange d'argumentation rationnelle, semble ne pouvoir donner aux attaquants qu'une chance extrêmement mince de réussir, la seule solution possible consiste à se placer sur un terrain différent... Lequel ? celui où l'on ne fera pas trop de détails quant aux exigences de la vérité; où  l'on exploitera les sentiments de suspicion et d'agressivité à l'égard de la classe politique et, au besoin, où on n'hésitera pas à distiller des mensonges...

Il s'agit là d'un but d'ordre rationnel, mais, quand on connaît un peu les hommes, on sait qu'il s'y ajoute toujours des influences d'ordre irrationnel...  Quels peuvent être ces influences ?

On se bornera ici à une simple liste sans commentaires : le plaisir de "monter un bon coup", de comploter dans un petit groupe,  de se donner  l'impression d'être plus intelligents que les adversaires, de duper le peuple - que l'on méprise... -, d'être puissant...  peut-être de satisfaire une rancœur, une jalousie, une haine à l'égard d'un homme, d'une classe sociale.... et peut-être le plaisir de s'affranchir de la notion du Bien et du Mal,  et de se livrer effectivement à celui de faire le mal...

¤

Puisque aucune certitude totale n'est possible, je ne ferai pas de conclusion... Sauf la plus brève qui puisse être : c'est à chacun de juger, et, pour cela, de décider du choix à faire entre la passion, la naïveté... ou la raison...

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Si vous le voulez, en moins de 10 secondes, vous pouvez exprimer votre réaction

Vous pouvez le faire en utilisant les lettres « a » en cas d’accord, ou « d » en cas de désaccord (ou encore le point d’interrogation (« ? ») dans le cas de perplexité ou d’indifférence…).

Cela, selon les conventions suivantes :

« Tout à-fait d’accord » : aaa ;   « dans l’ensemble, d’accord » ; aa ;      assez d’accord :    a

« En total désaccord » :  ddd ;  « surtout en désaccord » :   dd ;   « plutôt en désaccord » :  d

« perplexe  ou désintéressé » :  ?

Et ensuite d’aller à la dernière ligne de l’écran

qui vous permettra d’ailleurs, si vous le souhaitez, de faire vos commentaires personnels…  

 MERCI !

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Publié dans Politique, affaire Fillon

Commenter cet article